« Des tapis persans aux ordinateurs : le travail des femmes et le droit de la propriété intellectuelle » – Ghazaleh Jerban, étudiante au doctorat en droit, en vedette dans la Gazette de l'Université d'Ottawa

Publié le jeudi 14 février 2019

La diplômée en common law Ghazaleh Jerban se rappelle très bien la première fois où elle a vu l’artefact qui allait devenir le cœur du projet de recherche financé par sa bourse : elle s’était arrêtée net devant un grand cadre composé de câbles délicats finement tissés, exposé au Musée des sciences et de la technologie du Canada, à Ottawa. 

Ghazaleh Jerban est l’une des deux récipiendaires 2018 de la nouvelle Bourse de recherche du deuxième ou troisième cycle Ingenium-Université d’Ottawa sur le genre, les sciences et la technologie. La doctorante en histoire Jennifer Thivierge et elle ont eu accès aux collections muséales Ingenium pour mener à bien leurs projets de recherche en histoire publique et acquérir ainsi de l’expérience en protection du patrimoine et en travail de conservation.

« Je ne savais pas quel objet retiendrait mon attention, mais au moment où je l’ai vu, j’ai senti que ça pourrait bien être lui », explique Ghazaleh Jerban, qui en est à la quatrième année de son doctorat. Elle se remémore la découverte d’une mémoire à tores magnétiques dans l’entrepôt du musée alors qu’elle examinait des artefacts avec sa superviseure, Anna Adamek, directrice de la division des conservateurs du musée. La mémoire à tores magnétiques, une forme primitive de mémoire électronique, était répandue jusqu’au milieu des années 1970.

Cliquez ici pour lire l’article de la Gazette au complet.

Haut de page